Si peu de choses vont bien dans votre relation.

Quand certains coups laissent des marques sur le corps, les actions et les paroles, en laissent de bien moins visibles, pourtant, tout aussi présentes.

La déstabilisation que vous ressentez, était-elle présente avant cette relation ou depuis ? 

  • Parfois, on peut en douter.
  • Parfois, on peut avoir du mal à en parler de peur de ne pas être cru.e ou d’être accusé.e, mis.e en doute.
  • Ou on peut aussi tellement douter de soi qu’on ne sait plus.
  • Et parfois, on a tellement eu mal que le cerveau fait reset pour ne plus souffrir du souvenir.

Et que dire de ce mécanisme de survie ? Un peu comme la souris quand le chat rode. Elle ne fait plus un bruit pour éviter ce jeu morbide.

  • Quoiqu’il se soit passer dans cette relation, maintenant vous souhaitez sortir de cette situation.
  • Vous  vous êtes peut-être déjà éloigné.e. Et il reste encore toute cette souffrance.

Il y a souvent

  • cette impression d’être pris.e au piège entre la culpabilité et l’envie d’être respecté.e, d’être reconnu.e, d’être aimé.e,
  • ce questionnement sur ce qu’on a fait et sur ce que cette personne fait ou a fait.
  • ce vide comme si quelque chose en nous était détruite.
  • cette peur que ça recommence.

Tant de troubles que c’est lancinant.

Tant de fois, vous avez pris sur vous. Vous avez cherché, fait en sorte d’améliorer les choses.

Et là, ç’a été la phrase, le geste, l’humiliation, le coup de trop !

Ou encore le souvenir qui revient et l’angoisse avec !

Vous avez juste envie que ça cesse mais comment ?

Peut-être même qu’à force d’encaisser, l’épuisement est là. Peut-être que vous doutez de vous-même…

Et la décision, peut-être encore un peu fragile, est là. Il y a un NON, un STOP.  Et elle a une force importante, elle va créer tout le mouvement du changement.

En lisant ces lignes, vous en cherchez les clés et les solutions.

Ce que je vous propose, c’est d’abord de vous écouter, d’entendre vos douleurs, vos doutes, vos reproches sur vous-même, sur cette personne.

Sur cette personne… Vous avez peut-être encore du mal à dire comment vous avez souffert de ses colères, avec sa façon de vous faire sentir si vulnérable, si sale… La peur, la honte et la colère. Cette colère que vous avez si souvent étouffée. Cette tristesse et cette détresse aussi.

Aimer et être meurtri.e ainsi, c’est si difficile à vivre. C’est si souvent difficile à dire.

Et un jour, les mots sont là.

Et dans ces maux, il y a vos actes qui prouvent sans s’en apercevoir vos forces et vos valeurs. Tout ce que vous avez porté, essayé, parfois réussi jusqu’à aujourd’hui. Cela parle de vous. Et je soulignerai à travers tout ce que vous avez cherché à protéger et à faire, vos valeurs, votre valeur.

Et il y aura à panser vos blessures jusqu’à guérir puis vous épanouir.

Oui, je vous l’assure, forte de mon expérience. Un jour, vous le vivrez.

Et comme il y a un temps à chaque chose, le moment est peut-être venu de vous écouter.

Si vous souhaitez m’en parler ou vérifier un peu plus si mon accompagnement peut vous convenir ou pour tout autre question ou besoin, vous pouvez choisir un créneau sur mon agenda pour en discuter.

%d blogueurs aiment cette page :