Du Bon Heur

Du bon heur

Nous ne sommes pas seulement responsables et coupables, NON !

Reconnaître où nous sommes responsable.
Et reconnaître ce qui est en soi et autour de soi. Là est une clé.

Dire non à ce qui ne donne pas Vie, bonheur en soi et autour de soi est un droit naturel et un respect pour cette Vie en nous et à soi même et pour l’autre qui ne perçoit pas ou abuse, contrôle.

C’est alors un Bon Heur.

Ce non peut être bienveillant.
Il est alors un Oui à la Vie.

En lisant l’histoire telle qu’elle est racontée (selon ce qui nous est donné à lire),
Siddhartha a dit non à une vie de prince, à une famille.
Jésus a dit non à une société et à ses injustices.
Ils sont devenus libres et heureux de l’être tout en étant bienveillants, peu importe les conséquences sur le code des humains.
Devenu Bouddha, l’un a été adulé par sa société, l’autre crucifié puis est devenu le Christ.

Ensuite et aujourd’hui, certains oublient cela et préfèrent responsabiliser à outrance.
Certes, chacun chacune à ses responsabilités dans cette grande interaction.

Seul le vrai, les faits directement perceptibles (le présent et la présence à ce qui est), la conscience des interprétations nous aident à être libre et bienveillant à cette Vie.

Être alors libre dans ces bons heurs donne bonheur à la Vie, du bonheur à notre Vie.

Quelques mots par Marie CHENEL inspirés par ce texte :

<3 DE L’ABUS ET DE LA “SPIRITUALITÉ” Jeff foster

« C’est toi qui a attiré cette situation, tu le voulais ».

« Si tu penses qu’il y a un problème avec les mots ou les actions de quelqu’un d’autre, c’est TOI qui est confus ».

« Tu fais juste de la projection, tout est dans ta tête ».

« Nettoie ta vibration et tu arrêteras de t’attirer de mauvaises choses ».

« Tu es trop attaché au corps, va au-delà, le corps n’est pas qui tu es. »

« Si tu as des doutes, des peurs, de la résistance, de la douleur, de la colère, c’est que tu dois être dans ton ego totalement aveugle »

« Le passé est une illusion. Laisse-le aller tout de suite ! »

……

Beurk ! Je suis tellement fatigué de toutes ces conneries spirituelles du Nouvel Age !

TOUTE spiritualité qui n’honore pas pleinement notre expérience humaine désordonnée, insoluble, directe, immédiate, incarnée, me pèse. Car elle ne salue pas profondément la lutte de nos cœurs rudes et tendres.

Ainsi nous culpabilisons de nos imperfections et vivons la honte de nos limites.

Non, ce n’est pas toujours ta projection.

Oui, il arrive que d’autres personnes SOIENT réellement abusives et qu’on doive les faire cesser.

Non, tout n’est pas toujours « dans ta tête « .

Oui, ton corps compte. Tes sentiments aussi.

Non, tes doutes et tes peurs ne sont pas des «défauts», ils ne sont pas « mauvais » ou « non évolués ».

Non, tu n’attires pas l’abus par une «fréquence vibratoire» défectueuse.

Non, tu n’as mérité aucunement d’être maltraité, que ce soit au nom de la Vérité, au nom de Dieu, au nom de l’Amour, ou DE TOUT AUTRE NOM.

Oui, tes limites méritent d’être respectées, ton «oui» ET ton «non» aussi.

Non, il n’est pas correct que des enseignants spirituels agressent des gens « pour leur propre bien »; qu’ils les choquent pour les éveiller, les éclairer, les aider à lâcher leur « ego ».

Les enseignants qui utilisent l’abus comme outil sont simplement des agresseurs, pas des enseignants.

Je récuse toute spiritualité qui rejette notre humanité tendre, vulnérable et fragile.

Je récuse toute spiritualité qui nous fait honte de nos pensées et sentiments si précieux, si humains.

Je récuse toute spiritualité commençant ses phrases par  » si vous étiez éveillé… »

Je récuse toute spiritualité qui sépare le soi du non soi, le divin de l’humain, le sacré du profane, l’absolu du relatif, le ciel de la terre, la dualité de la non dualité, le matériel du spirituel.

Une fois, j’ai entendu un célèbre enseignant spirituel s’adresser ainsi à une femme endeuillée :  » Votre chagrin est illusoire; il n’est que l’activité du soi séparé. Un jour, le moi séparé disparaîtra, et avec lui, toute souffrance « .

Et c’est alors que j’ai vu cette profonde, profonde maladie et inhumanité au cœur de la spiritualité contemporaine : l’invalidation du traumatisme, les fausses promesses, les jeux de pouvoir, le bannissement du féminin.

C’est pourquoi, j’ai juré de m’incliner devant ce putain de cœur brisé comme s’il s’agissait de Dieu lui-même.

Jusqu’à la fin des temps.

Jeff Foster<3

ce « putain de coeur brisé  » est Dieu lui même <3

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close